Dressed et moi – Barbara

Ecrit par Eléonore

À l’occasion de la sortie de notre livre, nous avons décidé d’interviewer quelques-unes de nos revieweuses, afin d’en savoir un peu plus sur leur rapport avec leurs créations cousues main et sur la réflexion que Dressed a déclenchée. Nous débutons cette série avec Barbara du blog Maison Elpida !

Mon regard sur la couture a beaucoup évolué depuis mes débuts, soit 4/5 ans. Pendant longtemps, j’ai cousu de manière impulsive, au coup de cœur. Soit pour un tissu soit pour un patron. Que j’en aie besoin ou non. Après, j’avais une garde-robe très peu fournie. Mes finances ne le permettaient pas et il faut le dire, je n’avais aucun style vestimentaire. Donc tout était bon à prendre !

barbara-5

Aujourd’hui, j’ai de tout dans mon dressing et on ne peut pas dire que j’aie de réels besoins. Toutefois, je couds responsable. Si je me crée un vêtement, c’est que je suis sûre de le porter régulièrement. Que je vais être bien dedans et que le tissu (la couleur, la matière), va avec le reste de mes cousettes. Par exemple, même si je flashe sur certains tissus en polyester, je n’en couds pas parce que je sais que je ne les supporterais pas. J’ai été et je peux encore l’être, très impulsive dans mes achats de tissu. Aujourd’hui, je me raisonne bien plus. J’ai réussi cette année, pour la toute première fois, à n’acheter aucun tissu tant que mon stock n’avait pas baissé de ¾. Un vrai challenge pour moi ! Je crois n’avoir rien acheté pendant au moins quatre mois. J’essaie également de prendre des tissus certifiés Oeko-Tex tant que possible. Le tissu de mon haut col montant de Dressed a cette certification !

barbara-2

Je planifie plusieurs projets en même temps, parce que clairement j’ai toujours des envies couture par milliers. Il ne m’est jamais arrivé de ne pas savoir quoi coudre. Toutefois, je réalise un projet à la fois. Jamais un projet n’est resté dans un coin. Je commence, je termine. La création, c’est une pulsion libidinale pour moi. L’idée d’une association de patron et de tissu, et de projeter le vêtement fini, ça m’excite… Et je ne compte pas me soigner ! Créer, c’est exister.

Je n’ai aucune difficulté à porter mes vêtements fait-main, et heureusement, puisque je ne porte que ça… Les seuls vêtements que j’achète en magasin sont mes vêtements de sport. Et depuis peu, mes pulls ou vestes en laine (je ne suis pas du tout douée et surtout je n’ai pas assez de temps pour tricoter… mais j’y travaille !). Pour tout vous dire, il me reste quelques vêtements achetés en magasin et ce sont ces derniers que j’ai du mal à porter. Et puis, je suis fière chaque jour de m’habiller avec mes créations. J’aime mes cousettes. Elles sont uniques et adaptées à mon mode de vie, à ce que j’attends d’un vêtement : féminité et confort.

barbara-3

Quand on coud, on pourrait facilement se laisser prendre dans cette dynamique de la mode, qui voudrait que cette coupe ou ce genre d’imprimé fashion nous convienne aussi, et qu’on ait envie d’être aussi stylée et belle que la mannequin sur la photo. Mais la vraie question qui est posée dans le livre, et que je me pose depuis quelques mois, c’est est-ce-que ça va m’aller à moi aussi ?

Dressed étaye mon envie de coudre plus raisonné. Quand on coud, on pourrait facilement se laisser prendre dans cette dynamique de la mode, qui voudrait que cette coupe ou ce genre d’imprimé fashion nous convienne aussi, et qu’on ait envie d’être aussi stylée et belle que la mannequin sur la photo. Mais la vraie question qui est posée dans le livre, et que je me pose depuis quelques mois, c’est est-ce-que ça va m’aller à moi aussi ? Est-ce que je vais être à l’aise dedans ? Est-ce que je vais assumer de le porter ? Est-ce que je vais me sentir belle dedans ? Après, je me laisserai toujours porter par l’excitation que génère l’envie de coudre un projet. Mon instinct me trompe assez peu. Les connaissances que j’ai acquises en termes de tissu, de modélisme, et d’acceptation de mon corps, me permettent aujourd’hui de coudre des projets portés au quotidien. J’ai ce recul grâce à tous mes ratés, il ne faut pas se mentir. Si j’avais eu ce livre entre les mains à mes débuts, j’aurais clairement moins gâché de tissus et de temps. Je ne regrette pas, en aucun cas. Ces expériences font partie de mon parcours et parfois ça me fait bien sourire…

Le chapitre « Comprendre ses couleurs » est celui qui m’a le plus interpellée. En effet, je ne sais absolument pas quelle couleur me va ou non… J’ai lu ce chapitre mais je n’ai pas encore pris le temps de réellement y travailler. J’ai surtout retenu l’idée de mettre un tissu de couleur à côté de mon visage et de voir s’il me va au teint ou non. Maintenant que je suis redevenue brune, mon éventail de couleur s’est nettement agrandi. Dès que j’ai plus de temps, je m’y penche sérieusement !

barbara-4

Le col montant et la jupe-culotte sont mes patrons préférés. C’est exactement ce que j’aime porter en hiver. D’ailleurs, comme j’ai pu le noter dans mon article de blog pour présenter cette première tenue : « […] grâce à ce livre, je me suis cousu deux vêtements que je porte beaucoup et que je n’ai même pas envie de mettre au sale parce que j’aimerais les mettre tous les jours (mais les normes d’hygiène me l’interdisent…). ». Cette tenue est parfaite tant pour le travail que pour mes journées plus ou moins reposantes chez moi. Je ne supporte pas d’être serrée au niveau du ventre et j’ai besoin de me mouvoir sans me dire qu’on peut voir un bout de soutien-gorge ou de culotte s’il y a un peu de vent.

Je pars d’un choix de patron pour vous parler du droit des femmes. Comme quoi, la couture ouvre vraiment à plein d’autres univers !

Je travaille avec des adolescents garçons. Au-delà du fait d’avoir besoin d’être super à l’aise dans mes vêtements pour courir à droite et à gauche, il me paraît important de leur montrer qu’on peut être une femme féminine, dynamique et respectable. Mon discours éducatif est important, forcément, mais les jeunes viennent souvent m’interroger sur ma façon de m’habiller. Le fait de leur répondre « je fais ce que je veux » peut paraître anodin mais ce n’est pas le cas… Parce que leur image de la femme est assez souvent merdique, il faut le dire. Alors il apparaît que mes cousettes et le fait que je les assume fièrement peuvent avoir un impact sur eux. Bon, vous avez vu… Je suis encore partie loin… Je vous avais prévenu que j’étais une personne assez peu modérée… Je pars d’un choix de patron pour vous parler du droit des femmes. Comme quoi, la couture ouvre vraiment à plein d’autres univers !

Retrouvez Barbara et ses superbes créations sur son blog, et le livre Dressed dans la boutique en ligne !

Laissez un commentaire !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires

Voir aussi :

IMG_2838_thumb
Eléonore | 6 décembre 2019
matt-uuBBew6g2jM-unsplash
Sylvie | 4 octobre 2019
Dressed - Les patrons de robes...BackDressed et moi - Magdalena
Livraison internationale
Envoi rapide
Fabrication Française
Papier recyclé