Comment est calculé le prix des patrons pochette ?

Ecrit par Eléonore
13 juin 2012 | Péripéties

Eh oui, c’est la grande question que l’on se pose tous. Que je me posais également avant de faire mon Business Plan pour Deer&Doe. Qu’est ce qui justifie le prix des patrons pochette, et particulièrement des patrons indépendants ?

Je vous rassure, nulle conspiration ou accord tacite là dessous : simplement une combinaison de facteurs qui vont déterminer un « prix plancher ». Vous êtes curieux ? Alors sans entrer dans les détails propres à chaque entreprise, voici les principaux paramètres qui font monter l’addition :

Imprimer un patron, ça coute cher

Eh oui, la production des patrons est bien sûr la principale dépense : pour une pochette standard, il faut compter un livret d’explications, une enveloppe ou chemise et bien sûr le patron en lui-même.

Or, l’impression en grand format, pour peu qu’on souhaite la réaliser en France, coute très cher (et plus la planche de patron est grande, plus cela coute cher). Ce coût est d’autant plus élevé pour les petits éditeurs, car plus les quantités commandées sont réduites et plus le prix unitaire est élevé !

Stocker un patron, ça coute cher aussi

Vous me direz qu’il serait facile de résoudre le problème en commandant en plus grande quantité : mais voila, c’est ici que la notion de gestion de stock entre en jeu.

Imaginons que je fasse imprimer 2000 exemplaires d’un patron. L’impression me coute A euro par patron, et je les vends au prix B. Si j’arrive à vendre mes 2000 exemplaires, la marge brute réalisée sur ce patron sera de B-A.
Or, imaginons que le patron marche moins bien que prévu et que je n’en vende que 1000 exemplaires. J’ai déjà payé l’impression pour la totalité des patrons mais je n’en ai vendu que la moitié : la marge effectivement réalisée sera alors de B-2A, donc beaucoup moins importante ! C’est un risque que l’on est obligé de prendre lorsque l’on vends des bien matériels qui ne peuvent être produits en flux tendu.

Pour illustrer mon propos, prenons un exemple : une entreprise revend des chaussures 30 euro pièce, qu’elle achète en gros à 14 euro pièce. Si elle revends la totalité des chaussures achetées, elle réalise une marge de 30 – 14 = 16 euro par paire de chaussures. Mais si elle n’en vends que la moitié, sa marge ne sera plus que de 30 – (14×2) = 2 euro par paire ! On peut alors calculer le seuil à partir duquel l’entreprise commence à être bénéficiaire : ici, si elle a commandé 2000 paires de chaussures, elle commence à réaliser une marge positive à partir de 934 paires vendues.

Bien évidemment, le stock restant n’est pas perdu, mais pour simplifier on peut dire que plus longtemps il reste invendu, plus il perds de la valeur (car il devient obsolète, passe de mode… c’est la dépréciation des stocks).

Mais la marge réalisée ne se retrouve pas directement dans la poche du gérant : il y a encore bien d’autres postes de dépenses 😉

Vendre un patron… vous avez deviné !

Passons maintenant à la vente des patrons : on peut pour cela passer par un revendeur, ou pratiquer la vente directe.

Passer par un revendeur est la solution la plus couteuse. En effet, si je veux que mes patrons soient vendus 10 euro, il faut que je les cède au revendeur à la moitié de leur prix public soit 5 euro. Avant de pousser des cris d’horreur, rappelez-vous du chapitre précédent : le revendeur lui aussi doit gérer ses stocks, sa boutique, ses charges et enfin sa paie.

La solution la plus viable est donc la vente directe, via un site e-commerce par exemple, car on supprime les intermédiaires. Mais là encore il y a des coûts : outre la création de la boutique en ligne et son hébergement, la plupart des services de paiement (services de paiement par carte proposés par les banques, Paypal) prennent une commission sur chaque paiement effectué, voire un abonnement mensuel à payer en plus, ventes ou pas !

Promouvoir son produit n’est pas gratuit

Même si une partie de la promotion de sa marque nécessite surtout beaucoup d’huile de coude (communiqués de presse, bouche à oreille, réseautage…), il va inévitablement falloir mettre la main à la poche :

La première chose à laquelle on pense est bien sûr la publicité payante, sur des réseaux généralistes ou spécialisés. Mais d’autres formes de promotions nécessitent des investissements : les giveaways (proposer à des blogueurs ou des sites communautaires de faire gagner des produits à leurs lecteurs), les opérations de promotion durant lesquelles on fait parvenir le produit à des blogueurs et journalistes pour qu’ils puissent le tester, les réductions évènementielles ou saisonnières, la participation indispensable aux salons de loisirs créatifs… tout ceci représente des centaines d’euro dédiés uniquement au « marketing » du produit.

Les autres frais dont on n’imagine même pas qu’ils puissent exister

Cerise sur le gâteau, à tout cela s’ajoutent des frais dont je n’aurais pas soupçonné l’existence lorsque j’étais salariée : une entreprise, même lorsqu’on ne gagne rien, cela coute des sous. Comptez entre autres les frais bancaires, l’assurance, les charges sociales, les frais comptables, la CFE (ancienne taxe professionnelle) et enfin l’impôt sur les sociétés calculé sur le bénéfice restant.

Une fois que tous les frais ont été déduits du chiffre d’affaire, il est temps d’essayer de dégager de quoi rémunérer les heures passées à concevoir et promouvoir nos patrons. Mais pour beaucoup de jeunes entreprises, il faudra attendre la deuxième voire la troisième année d’activité avant de se verser son premier salaire !

Voila pourquoi vous trouvez le plus souvent des patrons indépendants vendus entre 10 et 15 euro (le prix varie en fonction des frais de chaque entreprise, des couts de fabrication…). Que pensez-vous de ce prix ? Aviez-vous conscience du vrai cout de production d’un patron ?

Photographies : Flickr et Secret leaves

50 commentaires

Amy-san, 13 juin 2012

Très très très interessant! autant, effectivement il y a des choses qu’on soupsonnes, autant d’autres non. Par contre tu as oublier quelque chose de primordial! La créativité, le temps passé à chercher, créer, mettre en forme etc! Et même si c’est difficilement quantifiable, ça mérite déjà un « salaire »! En tout cas, encore une fois, hâte d’en voir plus, et malgré mon modeste blog, et mes premiers pas dans la blogosphère DIY, c’est avec un grand plaisir que je ferais la promotion de tes patrons le temps venu!

Emilie LG, 13 juin 2012

Et oui, c’est sûr que quand on est habitué à voir 40 patrons dans un Burda à 6€, on peut parfois « tiquer » sur le prix des patrons indépendants. Mais pour ma part je suis tout a fait consciente (et admirative) de la somme de travail que ça représente, ainsi que des frais occasionnés, donc si un patron me plait je n’hésite pas une seconde.
Et puis au-delà du patron lui-même c’est tout ce qui va avec qui va faire le charme de l’achat, un emballage soigné, une présentation bien faite, des explications claires et des photos de présentation attrayantes…ça fait vraiment une différence, ça donne un charme supplémentaire au modèle.

    Amy-san, 13 juin 2012

    J’ai encore jamais acheté de patron d’indépendant ( trop novice encore ) mais tu donnes l’eau à la bouche là!)

Acr0, 13 juin 2012

Waouh, j’adore la photo 🙂 Je vais aller zieuter sa galerie Flickr.
Bon de mon côté, j’étais assez au courant de ces faits, donc cela ne me surprend guère : d’ailleurs, j’essaye bien de communiquer aux gens ce type d’informations quand ils disent que c’est tellement facile de monter une boîte.
2e ou 3e année pour se verser son premier salaire, et aucune entreprise dite « sûre » avec la 5e bougie d’activité :/
10-15€ ne me choque pas, car en plus de tout ce que tu cites financièrement parlant, il y a quand même la créativité de la personne et la finesse technique (justesse ?) du patron à prendre aussi en compte. Et je plussoie à 100% la vente directe (surtout quand on voit les frais pour les intermédiaires !)

Marion, 13 juin 2012

C’est clair que c’est du boulot ! 10-15€ c’est cher, c’est sur. Mais moi c’est le prix que je suis capable de mettre pour un beau modèle bien taillé et bien expliqué !

Luuna, 13 juin 2012

Coucou
Pourquoi n’utilises-tu pas le statut d’autoentrepreneur dans un premier temps ? Ça évite les charges d’entreprises…
Mais il paraît que le nouveau gouvernement le remet en question. Ça vaut quand même le coup de se renseigner je pense.

    Eléonore, 13 juin 2012

    Le statut d’autoentrepreneur n’est pas du tout adapté à mon cas, notamment au niveau du cumul des allocations de retour à l’emploi (qui m’assurent un revenu minimum le temps de pouvoir me dégager un salaire !)

Katou, 13 juin 2012

J’avoue ne pas trop comprendre pourquoi vous avez choisi de commercialiser vos patrons en pochettes. Dans un billet précédent, vous parliez d’écologie et maintenant de prix. Il me semble que pour vraiment respecter au mieux l’environnement, les patrons téléchargeables auraient été la meilleure solution de même que pour faire économiser de l’argent au client. C’est bien joli, la petite pochette, c’est plaisant de tenir l’objet tout neuf dans ses mains, mais peu importe l’option de transport choisie, jamais faire venir un patron de France (j’habite au Canada) ne représentera un choix écologique ou économique pour moi, aussi verte l’entreprise se déclare-t-elle.

    Eléonore, 13 juin 2012

    Comme je le disais dans mon article sur l’écologie, c’est justement parce que j’ai choisi l’option pochettes que j’ai dû rapidement me préoccuper des conditions d’impression !

    Et finalement, proposer des patrons téléchargeables aurait été plus simple pour moi, mais bien plus désagréable pour l’utilisateur (mon étude de marché l’a montré, quasiment personne ne souhaite de patrons téléchargeables)

    Je tire donc le meilleur parti des contraintes qui me sont données 🙂 , et concernant la vente aux US et Canada, je pense mettre en place une version anglaise du site avec patrons en anglais téléchargeables afin de limiter les envois longue distance 😉

cmlaure, 13 juin 2012

Toutes ces considérations, c’est impressionnant et compréhensible. Alors la qualité et l’originalité justifieront le prix. Bonne entreprise à toi.

la corte, 13 juin 2012

c’est vrai que tous ces points ne sont pas connus de tous.

Commerçante, je sais en effet à quel point un stock peut coûter cher mais à prendre en compte aussi en fonction des frais d’envois.

merci pour cet article pertinent

    Eléonore, 16 juin 2012

    Merci beaucoup ! Effectivement les frais d’envoi sont à prendre en compte aussi, ici je les ai traités de manière transparente pour simplifier mais c’est toute une histoire aussi 🙂

florence, 13 juin 2012

connaissant le prix des patrons pochettes burda, 10-15 € ne me choquent pas… je pense que c’est le prix de la quatlité et des choix éthiques que l’on fait.

Anne, 13 juin 2012

Parce que je suis exactement dans la même dynamique actuellement, j’avais fait le même calcul. Et si ce que j’appelle les patrons historiques (burda, simplicity, etc…) sont moins chers (et encore, pas tout le temps, je me souviens d’un patron Mc Call’s taille unique qui m’avait coûté le même prix qu’un patron d’une indépendante…), c’est parce qu’ aussi ils les impriment sur du papier de soie et qu’ils ont plus de débouchés (est-ce d’ailleurs encore le cas ?)
Bref, chaque chose a un prix et pas seulement parce que les patrons veulent s’enrichir 😉
Bonne continuation !

    Eléonore, 16 juin 2012

    Exactement ! En France, beaucoup de gens ont encore tendance à penser que chef d’entreprise = volonté de s’enrichir sur le dos des consommateurs, mais (heureusement !) ce n’est souvent pas le cas !

Mathurine, 13 juin 2012

Merci de partager toutes ce sréflexions. Je découvre un certain nombre de questions pratiques intéressantes pour qui veut créer une activité de ce type. Pour ce qui est du prix je me suis demandée après ma lecture quel est le prix de revient réel lié à l’achat de livres , revues dont souvent nous n’utilisons que un ou deux modèles au plus ? Il y a effectivement quelque chose que l’on achète avec le produit au delà de tout lien concret-acquérir un patron- direct. Nous avons chacun d’entre nous des patrons fétiches que nous réutilisons au fil des saisons.
Belle poursuite de votre réflexion.

Marion (leeloo), 13 juin 2012

Coucou, je suis ravie de cet article qui lève bien des secrets et des non-dits sur la vie d’une petite entreprise. Je sais de quoi je parle, ayant été moi même à mon compte et ouvert une boutique physique. On ne s’imagine pas les frais et tous les à côtés ! Je confirme que le statut d’auto-entrepreneur n’est pas adapté dans bien certains des cas. Surtout quand on fait appel à des prestataires, des fournisseurs etc… Mon expérience m’a valu des révélations sur ma capacité à gérer une entreprise, je ne suis pas faite pour la vente directe en commerce ;-). Le prix des patrons, je ne les conteste pas parce que je sais ce qui se trouve derrière et parce que je soutiens les actions locales et artisanales.

Bien souvent le consommateur ne sait pas ce que c’est que la gestion underground d’une boutique indépendante. On a toujours une image des marques et des grandes multinationales qui, elles, se font de belles marges ! Et du coup, cela véhicule une fausse image du commerce de proximité. On achète au rabais, on veut du moins cher et on oublie souvent le travail fourni etc…

A l’inverse, il y a des créateurs qui choisissent de vendre à bas prix, bradant quelque fois leur créations pour en vendre plus… peut-être ?!
Le juste prix est très dur à trouver, il faut une reconnaissance du travail fourni et des charges que cela implique et de l’autre côté un consommateur qui n’a pas envie de casser sa tirelire.
Après il y a toute une démarche éthique, écolo et cela demande de la réflexion et un consommateur averti sera d’autant plus enclin à entendre un discours sur un prix juste et sera prêt à payer plus

Je crois beaucoup à la prise de conscience dans nos actes d’achats. C’est important de savoir pourquoi, pour qui on paie, ce qui cela signifie.

Et je le sais, la qualité, je la paie parce que je veux que ça dure, que ça soit produit dans des conditions équitables et justes ! Ne pas négliger l’aspect relation client aussi, ce qui permet de garder un contact, un lien et des échanges.

Merci pour ton article, un joli rayon de soleil pour moi à sa lecture et cela me conforte dans l’idée que nous avons encore plein potentiel créatif ici !

Bravo pour t’être lancée, je te souhaite tout le succès mérité !!
A bientôt pour de prochaines lectures !

    Eléonore, 16 juin 2012

    Effectivement, très souvent les consommateurs ne sont pas conscients du travail et des frais inhérents à une entreprise, on a tendance à se dire que prix de vente – prix de revient = marge = bénéfice, mais malheureusement ce n’est pas le cas !

    Merci beaucoup pour ton commentaire qui fait vraiment plaisir !

petite josette, 13 juin 2012

Je suis toujours prete a mettre un peu plus dans les patrons independants car j’ai bien conscience des tous les frais impliqués dans la production de ce patron. Pour avoir bossé dans une très petite entreprise, je sais que tout a un coup. Mais je crois que le prix vaut la peine, pour un produit qui nous plait vraiment et pour soutenir les petits business independants…A ce propos, connais-tu ce blog: http://agoodwardrobe.com/2011/12/22/independent-pattern-designers/
elle a compilé une liste de nombreux designers indépendants. Tu devrais t’y ajouter!

    Eléonore, 16 juin 2012

    Merci beaucoup pour le lien ! Je les contacterai dès que la première collection sera en ligne 🙂

Elise, 13 juin 2012

Je suis tout à fait prête à acheter un patron pochette à 10-15 euros. D’autant plus que ce n’est pas beaucoup plus cher que certains patrons téléchargeables et qu’un patron pochette est beaucoup plus pratique et agréable à utiliser.

En plus quand je vois le soin que tu mets dans la création des blogs, dans la rédaction de tes posts et dans tes choix de photos, j’imagine que tes pochettes seront de vrais petits bijoux devant lesquelles je serai comme une gamine.

J’ai hâte de pouvoir cliquer sur « commander » 😉

    Eléonore, 16 juin 2012

    Merci beaucoup ! Ca me fait vraiment très très plaisir, et ça me booste ! 😀

clo’s, 14 juin 2012

Le prix d’un patron pochette à 10-15 euros est justifié et tu l’expliques très bien dans ce post – merci d’ailleurs pour ce post car ça permet d’éclaircir les choses, et de se rendre compte de toute la partie cachée de l’iceberg !!!
J’étais une adepte des magasines BURDA et autres livres qui permettent d’avoir pour une somme dérisoire 15-20 patrons – si bien qu’on ne se pose même plus la question, on l’achète même s’il n’y a qu’un modèle qui nous plait – et c’est ça l’erreur…
Je viens récemment de changer d’option ! Je préfère dorénavant faire mon choix pour ce qui me plait vraiment, au lien d’entasser des livres et des magasines dont je n’utiliserais même pas la moitié des patrons (même chose pour le tissu d’ailleurs, je n’entasse plus les mètres, les mètres, mais je choisis de façon ciblée un tissu pour un modèle et je prends ce qu’il me faut… une façon pour moi de mieux s’approprier LE patron, qui reste la création d’un auteur)
Tout ça rentre dans mon optique de consommer mieux et de ne pas accumuler…
Alors quand je vois les patrons Colette, ce livret si agréable à utiliser, si pratique, si joli et ces modèles tous plus originaux les uns que les autres, ou encore les patrons C’est Dimanche (que d’ailleurs je refuse d’acheter d’occasion car je préfère donner des sous à Soeur Alma et son couvent !!)… bref pour tous ces artistes indépendants, c’est les remercier de leur créativité, de leur passion pour la mode, et de les soutenir pour leur entreprise, tout simplement.

Annette, 14 juin 2012

Quand j’ai vu pour la première fois les prix des patrons de créateurs indépendants sur le web, j’avoue que j’ai tiqué. Mais depuis, j’ai réfléchi.
Tout ce que tu dis est vrai, et ayant moi-même une petite entreprise basée sur la créativité et la conception de modèles (pas de couture!), je sais qu’il y a en plus de tous ces coûts facilement quantifiables, des tas d’autres choses – pour ne citer qu’une d’entre elles: l’absence totale de décompte des heures passées sur un travail certes créatif et passionnant, mais qui risque parfois de « manger » toute ta vie.
En réalité, je pense que 10 – 15€ pour un patron d’indépéndant, ce n’est pas cher. Je comprends que le marché n’est pas prêt pour un prix au-delà (et d’ailleurs, en tant que couturière du dimanche, ou plutôt de la nuit, je ne suis pas certaine que je serais prête de payer bcp plus), mais en réalité, cela devrait coûter plus.
Ce qui est absolument génial avec les créateurs indépendants qui publient leurs patrons, c’est qu’on peut établir une sorte de relation avec la personne derrière les modèles. J’aime bien et j’utilise les patrons des « grands », mais je n’aurai jamais un lien que je peux qualifier de personnel avec New Look.

    Eléonore, 16 juin 2012

    Je comprends tout à fait que l’on puisse tiquer devant les prix des patrons indépendants, c’est pour cela que j’avais à coeur de faire cet article ! Si j’avais pu commercialiser mes patrons moi cher, je l’aurais fait, mais il y a effectivement des couts que l’on ne peut pas réduire !

    Et ça me fait très plaisir quand tu parles de relation personnelle avec les éditeurs indépendants, car c’est exactement ce que je cherche à développer avec Deer&Doe : un échange et une vraie relation personnelle avec vous 🙂

Violaine, 15 juin 2012

Ayant suivi des cours de gestion, je suis consciente du coût de « fonctionnement » d’une entreprise, de la gestion des stocks, du marketing… C’est pourquoi je suis très admirative de ton projet ! ça ne me gène pas de payer plus cher un patron, à condition qu’il soit de qualité, avec une touche d’originalité et fabriqué en France. Et puis ça me plaît d’aider les petites entreprises. Contrairement à ce que pense Katou, je suis pour les patrons pochettes, aussi bien du point de vue pratique, que du point de vue économique (une cartouche d’encre pour mon imprimante me coûte un bras, et est souvent en rupture de stock). L’écologie n’est pas en reste non plus, je pense que les deux méthodes (téléchargeable et pochette) sont plus ou moins équivalentes : mon papier d’imprimante n’est pas recyclé, et mes cartouches d’encre vides ne sont du tout écolo !

    Eléonore, 16 juin 2012

    Merci pour ton commentaire ! Et effectivement, je crois qu’il faut un petit grain de folie pour se lancer dans une telle aventure, mais c’est ce qui donne du sel à la vie 🙂

Claire, 15 juin 2012

Je n’étais pas du tout consciente des coûts de production des patrons, mais ça ne me choquait pas de devoir dépenser une quinzaine d’euros pour un patron d’une marque indépendante! S’il est bien coupé et les explications claires, je suis preneuse!! Bon courage pour ta nouvelle activité, j’ai hâte de voir le résultat!!

Gasparine, 16 juin 2012

MERCI pour cet article particulièrement pertinent et éclairant ! Même quand on est dans le sujet jusqu’au cou, on n’a pas toujours la ténacité et la rigueur de quantifier précisément toutes ces données, sachant que l’éternelle inconnue est :  » combien valent les innombrables heures que j’ai passées à créer » …! Bravo et bon vent à ta très prometteuse entreprise !

Eléonore, 16 juin 2012

Merci encore à toutes pour vos encouragements ! Je suis heureuse d’avoir pu faire tomber quelques tabous d’entreprise et démystifier les couts réels d’une petite entreprise 🙂

Perlesananou, 17 juin 2012

Bonjour, je suis tes aventures depuis quelques temps, et une question me brûle les lèvres : pourquoi ne pas proposer de telecharger certains des patrons ? Tout le monde sait bien que ce n’est pas la même chose, mais ça pourrait te faire une petite avance sur trésorerie en quelque sorte ? Non ? Et un petit appel du pied à celles qui comme moi, n’osent pas se lancer… Bravo por cette belle aventure !

Perlesananou, 17 juin 2012

Je ne parlais pas de telechargement gratuit, cela va sans dire !

Vanessa, 19 juin 2012

Hyper intéressant et « démystifiant » en effet. Je suis ravie d’avoir pu en apprendre plus sur l’enjeu que tout cela représente.

Comme déjà dit plusieurs fois, le prix que tu donnes ne me choque pas. J’ai essayé une fois d’adapter un patron existant à ce que je voulais et j’y ai passé… un certain temps! Alors je n’ose imaginer ce que ça donne quand on veut proposer toute une ligne en plusieurs tailles. Franchement, 10-15€, c’est mérité!!

Célialaféepourtoi, 19 juin 2012

10/15 euros pour un patron pochette indépendant, cela ne me choque pas du tout.
A partir du moment où le patron est bien fait et qu’il nous plaît, on sait qu’on le « rentabilisera » en déclinant le modèle plusieurs fois.
J’aime de plus en plus acheter chez les créateurs indépendants, on a le sentiment d’être plus proche des gens et quelque part de savoir où va notre argent, qu’il est utile et je trouve qu’en plus d’un achat plaisir, c’est aussi un achat qui fait du bien au moral parce qu’on a toujours l’impression que ça a vraiment été fait pour soi, qu’il y a une attention particulière et une relation qui s’instaure.
Ton expérience est un vrai modèle et donne envie d’arrêter les tergiversations et enfin se lancer dans un projet dont on avait seulement rêvé! Merci!

les marionnettes, 25 juin 2012

Et oui dure réalité que celle du commerce 🙂
Travaillant là dedans, il est vrai que le détail d’un compte de résultat fait vite relativiser une marge brute qui peut au premier abord sembler élevée.
Pour ma part, le prix proposé d’un patron pochette me semble parfaitement dans le marché, je serais la première à en acheter. Mais l’idée de Perlanaou est très intéressante: tu peux également proposer tes patrons en téléchargement payant: perso cette solution me convient parfaitement: pas besoin d’attendre le patron par la poste et impression à volonté donc pas besoin de décalquer… Et tout bénèf pour toi: peu de charges (juste ton temps pour le développement + les frais de traitement des paiements) donc marge de sortie beaucoup plus intéressante, donc trésorerie pour continuer à developper!

Bon courage à toi dans tous les cas, je te suis de près!

Sillyetc, 28 juin 2012

Pas de soucis avec les prix. 10/15€ ne me choquent pas du tout!
Bon courage et bonne chance pour la 1ère collection 🙂

Mamzèle isis, 3 juillet 2012

J’ai lu attentivement les petits mots, je ne suis pas du tout étonnée de tous ses frais car je suis actuellement dans les chiffres justement pour un projet et c’est loin d’être mon truc !!!
Je voulais juste te dire qu’en tant qu’acheteuse j’apprécie beaucoup les patrons 2en 1 voir 3 en1 un peu comme les « collette paterns », tu achètes un patron mais tu as plusieurs modèles déclinés à partir du même patron, là à 15 euros je fonce si les modèles me plaisent !!! As tu envisagé cette option ???

Alice, 10 août 2012

Très interessant, en effet on est très peut au courant du prix réel des choses et dans tout les domaines.
Peut être que si tu groupe plusieurs patrons (2/3) sur une planche ça revient moins cher? Mais ça implique de créer des « mini-collections ». Ou offrir les deux possibilitées, impression papier à la maison et pochette? Enfin bref je pense que l’image et le style, l’esprit que tu represente est important pour motiver l’achat. Bon courage pour la suite!

Filomenn, 10 août 2012

J’ignorais tout cela, mais je sais pertinemment que le tirage en grand format coûte hyper cher ! même en cherchant la meilleur imprimerie du coin!

en photo c’est pareil, c’est très compliqué de calculé le prix de revient d’une série d’images sans se dévaloriser.

adeline(lilaxel), 3 septembre 2012

Bonjour! Je découvre ton article aujourd’hui, et pour être honnête, non, je n’avais conscience de tous les frais qui pouvaient se cacher derrière le prix d’un patron. Et j’avoue que la première fois que j’ai vu un patron à 15€, j’ai trouvé ça excessif. Maintenant, à la lumière de tes explications, je comprend mieux, merci 🙂

l’Atelier de Marlene, 6 septembre 2012

Effectivement… il est vraiment très interessant ton article.
j’avoue découvrir ton blog via facebook, et le partage du jeu par une amie, (comme quoi le reseautage ca fonctionne!)
mais ca m’intéresse, je vais continuer a te suivre!!
Bonne chance dans ce beau projet!

Pimsy, 17 octobre 2012

Je ne te connais pas personnellement. Mais j’apprécie tellement d’une part, ton côté raffiné pour le blog et la boutique et tes patrons. En encore plus cette franchise, cette communication malgré ton planning qui doit être chargé, ta disponibilité. J’apprécie de donner un coup de pouce à des gens qui en valent la peine. Et j’achète tes patrons avec plaisir. Merci de toute cette transparence ^_^ Et ces patrons plein d’originalité.
Hâte déjà qu’il y en ait des nouveaux 🙂

    Eléonore, 17 octobre 2012

    Merci beaucoup, ça me touche énormément 🙂 .

    Je ne peux malheureusement plus répondre à tous les commentaires mais j’essaie d’être un maximum disponible pour répondre à toutes les questions, c’est vraiment le plus important pour moi 🙂 . Alors merci encore de l’avoir remarqué, ça me prouve que j’y arrive un peu !

    Je suis déjà en train de travailler sur la collection printemps-été, j’espère qu’elle vous plaira autant que la première !!!

virginie, 10 août 2013

Bonjour, petit mots pour te dire que tes patrons sont ceux qui m’ont donné envie de me mettre à la couture de vêtements! J’avais acheté une machine pour des ourlets de rideaux, pantalons… et me voilà un jour qui tombe sur la belladone et là c’est le coup de foudre! Ma toute première robe, mieux mon premier vêtement! Je suis totalement novice, mais les explications sont si claires, que c’est un vrai plaisir. Puis viennent sureau, datura, chardon et j’attends avec impatience la suite! Voilà juste ce petit message pour te remercier car :
– grâce à toi, j’ai découvert une nouvelle passion ;
– ton souci de faire marcher la production française quitte à ce que ce soit plus cher (pour ma part, c’est un élément très important) ;
– ta gentillesse, ta créativité et ta proximité avec les fans…
j’ai hâte de découvrir tes nouveaux patrons en Septembre et te souhaites de tout cœur une franche réussite que tu mérites amplement de part ton travail, ton implication.

lala76, 15 avril 2014

Très intéressant et super clair. Aujourd’hui tu arrives à en vendre combien par mois à peu près? Quand t’es-tu lancée dans l’aventure?
Bon courage et bonne continuation!

sarah, 2 juin 2014

Bonjour Eléonore!
Aprés avoir usé et abusé de ce merveilleux Plantain je viens (enfin) de craquer sur la Sureau et l’ Aubépine!
Je reviens sur le concept de patron téléchargeable. Perso, ça me dérange pas de télécharger et d’imprimer (au travail! niark niark niak!!!) un patron si c’est pour le payer moins cher, et ça sans rogner sur ta marge, voire en l’augmentant sensiblement vu qu’on retir les frais liés à l’impression.
ça n’empèche pas de toujours proposer l’envoi pochette, car oui, avoir LE patron dans ls mains (sans parler du boum-boum dans la poitrine quand on ouvre sa BAL) c’est important. Mais par exemple moi qui ai un budget réduit à peau de chagrin, 2 patrons c’est la folay de l’année! Alors qu’en pdf j’aurais peut etre craqué sur 3 voire 4.
Voilà, en tout cas j’ai hate de craner dans mes joulies robes! Merci de nous faire partager ton talent!

alex, 24 février 2015

Bonjour,

Merci pour ce post trés interessant :

Je suis entrain d’essayer de faire mon 1er patronnage sur illustrator et je voudrais l’imprimer pour voir ce que ca donne : je maitrise pas encore bien les logiciels, ca me permettrait de voir ou son mes erreurs. et de progresser.

est ce que vous pourriez m’indiquer un adresse ou un site internet ou je puisse le faire imprimer en format réel ( tres tres tres grand format ) 🙂

merci beaucoup

passez une excellente journée

carole, 5 janvier 2016

Bonjour,

Je suis bien d’accord qu’un consommateur avisé en vaut 2. Je crois que je ne comprenais pas trop pourquoi le prix était si cher (de mon point de vue) et du coup, je puisais mes inspirations coutures dans la maison victor ou burda. Sachant que je suis débutante, cela a aussi ces limites.
Et à force de voir la robe arum, saluée pour sa simplicité, j’ai hésité un peu de temps, et je suis tombé sur cet article, et je l’ai acheté avec les sous de noel. Bien que pas encore reçu, j’en suis très contente, parce que je sais pourquoi j’ai en fait payé le juste prix et non pas une idée d’une marge de folie faite par tous les prix que l’on voit très bas (dans un maison victor, il y a 10 modèles pour 7 euros).

Je ne dis pas que je n’achèterai plus que des patrons indépendant, mais tu m’a ouvert mes œillères et je sais que je le referai régulièrement.

Carole
(hâte de faire l’Arum^^)

Commentaires fermés

Vous ne pouvez pas laisser de commentaires sur les articles de plus de 30 jours.

Articles similaires

Voir aussi :

malvina
Weriem | 17 août 2013
Savoir passer a autre choseBackLa perfection n'existe pas
Livraison internationale
Envoi rapide
Fabrication Française
Papier recyclé