Comment fonctionne le niveau des patrons Deer&Doe ?

Ecrit par Eléonore
14 juin 2016 | Les patrons

Vous êtes vous déjà demandé comment était déterminé le niveau de nos patrons ? Avez-vous des difficultés à déterminer quel niveau correspondra à votre expérience ? Aujourd’hui, on vous explique tout !

Il prend parfois la forme de petits ciseaux, de boutons, ou d’un chiffre énigmatique : le niveau d’un patron de couture est parfois difficile à décrypter, d’autant plus que ce qui est facile pour les uns semble insurmontable pour les autres (on en parle, de l’éternel débat fermeture éclair contre boutonnières et biais contre parementure ?)

C’est pour cela que chez Deer&Doe, on a décidé de réfléchir non pas en terme de difficulté (facile/moyen/difficile) mais en terme de niveau d’expérience (débutant/intermédiaire/avancé), sur une échelle de 5 :

1/ Grand débutant
2/ Débutant
3/ Intermédiaire
4/ Avancé
5/ Expert

Voici les critères sur lesquels nous nous basons :

  • la minutie : coutures incertaines, pièces pas toujours alignées, surpiqures qui gondolent… comme dans la plupart des loisirs manuels, la minutie en couture s’acquiert avec le temps et l’expérience ! Les patrons grands débutants (1) et débutants (2) demandent donc moins de précision dans leur réalisation (coutures droites, pas de manipulations complexes…)
  • la technique : lorsque l’on débute, on ne maitrise pas encore toutes les subtilités de la couture, c’est pourquoi les patrons débutant sont particulièrement détaillés (les patrons grands débutants comme Arum incluant même un petit lexique). Dans les patrons de niveau plus avancé, nous passons plus rapidement sur les techniques considérées acquises pour nous concentrer sur les étapes les plus complexes !
  • le seyant : un patron compliqué à adapter à sa morphologie peut vite décourager un débutant enthousiaste, c’est pourquoi les patrons débutants sont plus faciles à ajuster. Lorsqu’un patron de construction simple possède des caractéristiques potentiellement compliquées à ajuster (comme Belladone et son dos-nu), nous préférons le classer dans le niveau d’expérience au-dessus 🙂
  • le ressenti de nos testeuses : lorsque nous hésitons entre deux niveaux d’expérience, nous réalisons un petit sondage auprès de nos testeuses avant de trancher !

DSC_0023

A l’inverse, nous avons décidé de ne pas prendre en compte les critères suivants :

  • la durée de réalisation : certains patrons comme la jupe Chardon sont relativement longs à réaliser (à cause des nombreux plis constituant la taille) mais de construction très simple ! Nous considérons alors qu’un débutant peut les réaliser sans problème sur plusieurs séances.
  • le nombre de pièces : nous le savons, le nombre de pièces d’un patron peut parfois intimider. Mais il est loin d’être toujours synonyme de difficulté ! Une fois ces pièces découpées et classées, vous n’aurez peut être à réaliser que des coutures droites 😉 . Le contre-exemple parfait est la blouse Datura version triangles, comportant tout juste 5 pièces mais demandant une grande minutie !

Nous espérons que cet article vous a aidé à mieux comprendre la manière dont nous établissons le niveau de nos patrons ! Bien entendu, ces niveaux restent indicatifs et rien n’empêche un débutant motivé de s’attaquer à un patron de niveau 4 ou 5 (armé de patience et d’un bon livre de couture). C’est d’ailleurs en repoussant ses limites que l’on progresse le plus !

Et maintenant, c’est nous qui aimerions en savoir plus sur vous 😉 :

  • Sur quels critères déterminez-vous la difficulté d’un patron ?
  • Quelle est la technique que vous redoutez le plus ? Celle que vous considérez la plus facile ?
  • Quel niveau d’expérience vous attribueriez-vous ? Quel est le niveau du patron Deer&Doe le plus avancé que vous ayez réalisé ?

29 commentaires

Ibijau, 14 juin 2016

Pour l’instant je n’ai fait que des patrons niveau 2, et j’avoue que ça correspond bien à mon niveau débutant assumé… mais j’ai commandé des patrons niveau 3 (fumeterre et lupin) dans lesquels j’ai hate de me lancer, même s’ils me font un peu peur. Surtout la boutonière de fumeterre… j’avoue que je compte d’ailleurs tricher et tenter les fermetures pressions, moins impressionnantes
J’ai aussi un bruyère niveau 4 qui m’attend, pour le jour où je serai un peu plus assuré. ça me donne un objectif: je dois m’améliorer pour un jour pouvoir m’attaquer à ce patron!

    So’, 14 juin 2016

    Bonjour,

    Si la Bruyère te fait peur je te conseille vivement le sew along de Sandra !! il est très détaillé et riche en photo ce qui rend le modèle vraiment abordable 🙂
    http://www.bysandrahand.fr/sew-along-bruyere/
    bonne couture

Ingrid, 14 juin 2016

Je détermine la difficulté sur le nombre de pièce à assembler, justement parce qu’il y a des risques de dérapages de l’aiguille, et de se retrouver avec des pièces tordues…
Je regarde aussi s’il y a des fermetures éclairs à placer, des fronces, mais aussi les matières préconisées… Exemple de patron qui me paraitrait presque insurmontable : un perfecto en satin de soie (pourquoi pas hein).
La technique que je redoute le plus ce sont les smock. Je n’ai jamais essayé d’ailleurs… Et la plus facile… Le point droit? 😀
Je m’attribuerais le niveau intermédiaire, pour ma part. Et le niveau du patron Deer and Doe le plus avancé que j’aie réalisé c’est la robe réglisse!

carole, 14 juin 2016

Alors moi je ne regarde pas vraiment le niveau du patron (et pourtant je suis une débutante), mais je suis assez optimiste, je me dis que ya pas de raison (alors que si hein, j’ai des échecs quand même), mais ca dépend vraiment de la marque (un burda, c’est facile ou rien!), et par exemple, même pas peur d’avoir acheté la Mélilot, pcq j’ai confiance dans les explications (et que vu le nombre de Mélilot faite, je trouverai bien de l’aide sinon ;).

Esvan Gaëlle, 14 juin 2016

Bonjour je viens de finir le short châtaigne (niveau 2) et ce qui m’a le plus plu (outre la forme et les finitions du short qui sont topissimes) c’est le pas à pas détaillé de toutes les étapes des explications claires qui donnent confiance par rapport à certaines autres marques!!! Cela me donne envie de me lancer dans d’autres modèles deer and doe peut être plus complexes mais si je comprends bien à partir d’un certain niveau ce n’est plus un pas à pas? En tout cas j’adore vos modèles!!!

    Eléonore, 14 juin 2016

    Tous les livrets Deer&Doe incluent un pas-à-pas détaillé et illustré 😉 , la différence est que l’on se concentre sur des choses différentes. Par exemple, un patron débutant indiquera « repassez la couture, puis surpiquez à 2mm du bord de celle-ci en utilisant un point large » tandis qu’un patron plus avancé se contentera d’un simple « couchez la couture et surpiquez » (afin de mieux se concentrer sur le montage du pied de col par exemple 😉 ).

byAnhor, 14 juin 2016

En fait, je me rends compte que je n’ai jamais regardé cette indication sur quelque patron que ce soit.

Marie, 14 juin 2016

Merci pour cet article
Juste qq remarques orthographiques
ToutES les subtilités
Elle s’acquierT
Le nombre de pièceS
Bonne journée

    Eléonore, 14 juin 2016

    Merci pour ces remarques, la fatigue a dû avoir raison de nous malgré relecture !

    Marie, 14 juin 2016

    🙂

Théa Oz, 14 juin 2016

@ibijan Il me semble que le niveau 4 de la Bruyère est dû à toutes ses boutonnières. Mais en fait elle n’est pas si compliquée que ça (enfin je trouve).

So’, 14 juin 2016

Bonjour Eleonore,

Tout d’abord ton article est vraiment très intéressant et cela aide effectivement à mieux comprendre les différents niveaux de difficulté pour tes patrons (qui sont vraiment top :p)
Pour moi, la détermination de la difficulté d’un patron va principalement résider dans le nombre de pièces …plus il y en a, plus le modèle m’impressionne !
Les difficultés que je rencontre résident principalement dans les systèmes de fermeture : Fermetures éclaires simples ou invisibles, pose de boutons et boutonnières ! car même si je m’améliore de modèle en modèle c’est toujours un moment stressant ! notamment avec la peur de décalage entre les 2 cotés assemblés …
En terme de technique je ne sais pas trop ce qui me parait vraiment simple … alors je vais prendre l’exemple de la chardon que j’ai cousu a une vitesse incroyable ^^ ! j’ai adoré ce modèle pour ça (en plus du style bien sur ^^).
Les patrons les plus avancés de chez Deer and Doe que j’ai cousus sont la veste pavot (que j’ai cousu en manteau et doublé) et la Bleuet que j’ai réalisé en version chemisier 🙂

Camille, 14 juin 2016

Je ne regarde pas souvent la difficulté des patrons, d’autant que j’ai souvent du mal à comprendre les critères ! Par exemple, les coutures princesses sont souvent classées difficiles. Pourtant ma toute première robe en comportait et je n’ai pas eu de problème avec …

Mon premier critère est d’estimer si le vêtement va à ma morphologie ou demandera des ajustements. Le second critère va à la clareté du patron, donc dépend des marques. Sur ce critère, les patrons Deer&Doe sont tous faciles ! 😀

Heraven, 14 juin 2016

Bonjour,

Personnellement, le temps, le nombre de pièce ou les techniques utilisées ne me font pas peur. Ce sont les matières mon véritable problème.

Coudre une popeline, un voile de coton, un chambray ou tout autre chose assez « gentil » ne me pose pas de soucis. Mais dès qu’on arrive sur des tissus « pas gentil » de type viscose, mousseline, soie et j’en passe, là, je lève le pied… Et pourtant j’adore ce type d’étoffes…

J’ai commence à coudre des vêtements il y a maintenant 3 ans. Et 90% de Deer and Doe. Il y en a certains que j’ai du faire plusieurs fois pour arriver à surmonter la technique mais il y en à certains comme Mélilot qui me plaise énormément mais la fluidité du tissu me bloque un peu. Et pourtant je sait très bien que dans un autre tissus, il n’y aurait aucun problème.

Niveau technique, la pose d’un passepoil c’est impossible pour moi! Rien à faire sa fait tout moche^^ Sinon, je suis plus à la recherche du « beau à l’intérieur » comme je dit souvent, de belles finitions…

Je me considère comme « intermédiaire », les bases et la construction d’un vêtement je les maîtrisent, je pourrais me considéré comme « avancé » quand les tissus fluides seront mes amis 🙂

    Eléonore, 14 juin 2016

    As-tu essayé l’amidon pour dompter les tissus fluides ? Soit en faisant tremper ton tissu dans un bain d’eau + amidon (maizena par exemple), soit en utilisant des produits type Fabulon : quelques pschitt pendant le repassage et c’est magique, le tissu est aussi facile à travailler qu’une popeline !

bonheursdestelle, 14 juin 2016

Bonjour Eléonore,

Pour moi un patron difficile, c’est un patron comportant beaucoup de pièces, des plis, des détails mais surtout des explications qui laissent à désirer. Comme le dit Camille ci-dessus, pour moi aussi, tous les patrons D&D sont faciles puisque bien expliqués 🙂 Je m’attarde aussi à la matière dudit patron : le jersey est plus difficile à maîtriser que le tissu chaîne et trame qui fait plus facilement ce qu’on veut de lui.
La technique que je redouterai le plus serait la pose d’une fermeture éclair invisible. Je ne la redoute pas trop, mais je ne l’aime pas parce que je sais que je n’ai pas le pied adéquat et que donc le résultat sera mitigé.
Je couds depuis 2 ans maintenant et je ne me suis jamais posé de barrières en regardant le niveau d’un patron. Je regarde la coupe et si ça me plaît, j’achète. Ma première réalisation a été la Bruyère (4 sur 5) et je l’ai très bien réussie bien que débutante à ce moment-là.
Donc je dirais juste merci, pour les explications ci-dessus et pour les patrons toujours au top ! 🙂

Marie, 14 juin 2016

Je ne regarde jamais le niveau de couture d’un patron mais j’essaye de visualiser la morpho du vêtement : « est-ce qu’il m’ira ? » décide mon achat. Je pense que quand on veut, on peut et surtout, autant faire des choses qui apporte une nouvelle compétence. Les patrons D&D répondent à ce critère, ils sont très confortables et il y a toujours un truc intéressant à lire pour adapter le petit quelque chose qui va moins. Le seul truc que j’aimerai bien : plus de billet sur l’art de la doublure. Les robes sont tellement plus agréable à porter lorsqu’elles sont doublées. Cela manque à la robe arum et à la belladone .

Aglaé, 14 juin 2016

J’ai commencé avec le short châtaigne et faire un short, qui va bien en plus, en débutant la couture est très motivant pour la suite.
Je regarde le niveau que tu proposes mais rien ne me fait peur car on se sent vraiment tenus par la main. Ce qui fait que j’ai beaucoup de mal à suivre d’autres patrons.
Le plus difficile pour moi encore, c’est la couture du pied de col de la Bleuet (faite 3 fois). Je suis assez perfectionniste alors je la voudrais parfaite. Mais ça viendra. Un petit tuto en images peut-être ? 😉
Je suis en train de faire pour la première fois la Sureau en suivant le sew along. J’ai suivi tes conseils pour le FBA. C’est top ! Merci
Le FBA de la robe Zéphyr (faite 3 fois aussi) est lui aussi parfait 😉
Ton blog complète bien les patrons. C’est aussi agréable.
Un grand merci 🙂

Vanessa, 14 juin 2016

J’ai cousu 15 patrons Deer and Doe sur les 19 qui sont en ma possession. J’ai cousu du niveau 1 au niveau 4 (le maximum pour l’instant chez D&D si je ne me trompe pas) sans que cela me pose de problème.
La difficulté d’un patron est fonction de mon niveau de connaissance en couture, des techniques et des tissus utilisés (j’appréhende particulièrement la couture des tissus fluides et/ou fin comme la viscose, le polyester des doublures, les mousselines.)
Bizarrement la technique qui me fait le plus peur, ce sont les cols en V, à cause de la précision qu’ils demandent et j’ai pas mal galéré avec la pose des biais, je préfère de loin les parementures.
Je n’ai pas encore osé franchir le cap du manteau doublé… Mais chez D&D j’ai cousu la cardamome (haché en blouse avec la datura) et la chemise bruyère. Je pense donc avoir un niveau 4 en couture.

beige cannelle, 14 juin 2016

Je ne tiens absolument pas compte du niveau indiqué sur le patron avant de me lancer. Même si je n’ai pas forcément un niveau exceptionnel, je suis du genre patiente, persévérante, et minutieuse. Je passerai le temps qu’il faudra à potasser et me documenter, mais je me dis que rien n’est jamais impossible. La seule chose qui me fasse vraiment peur, c’est l’ajustage, parce que ça ne s’apprend pas sur le papier …

Nath22, 15 juin 2016

Bonjour ! Je couds depuis 3 ans maintenant et j’ai réalisé pratiquement tous les modèles Deer & Doe , pour mes filles et/ou pour moi. Je ne regarde l’indication de niveau que pour me « préparer » à ce qui m’attend 😉 J’y vais avec confiance parce que je sais que le livret va être très clair et qu’au final je serai fière du vêtement réalisé et de son rendu. Par contre, comme Beige Cannelle, je crains encore de me lancer dans l’ajustage dès lors qu’il ne s’agit pas simplement de relier plusieurs lignes de taille ensemble… Peut-être faudra-t-il que je me décide un jour à suivre quelques cours…

Marick, 15 juin 2016

Je trouve que les niveaux sont conformes à ce que j’en attend…
Perso ce qui me rend nerveuse et ce à tous les coups c’est la pose d’une encolure (ou emmanchure) jersey. Ca va de mieux en mieux mais pourtant c’est toujours l’angoisse et des résultats très variables… Du coup je galère sur Zephyr…
La FE invisible c’est bon maintenant avec le pas à pas qu’il y avait sur … rho, je ne me rappelle plus quelle robe… mais il était très bien fermé. Ca aide vraiment, merci !

O’Kryn, 16 juin 2016

Je me fie régulièrement aux difficultés proposées par les marques et c’est vrai que le niveau augmente avec le nombre d’éléments techniques à réaliser. D’ailleurs, j’aurai bien aimé pouvoir sélectionner les patrons selon leur niveau de difficulté dans la boutique.
Ce que je redoute le plus: des choses que je n’ai jamais fait ou très peu. Mais c’est comme ça que l’on progresse.
Je m’attribue un niveau qui varie entre intermédiaire et avancé.

Grenadine, 16 juin 2016

C’est une mise au point intéressante, et pour répondre à la première question je me rends compte que je ne me pose jamais la question du niveau d’un patron. C’est comme ça que je me suis lancée dans une robe Burda niveau « 3 points et demie » au bout de 4 mois de couture, même pas peur^^ En fait je me dis qu’en suivant les instructions (même burdesque, si si) il n’y a pas de raison que ça ne marche pas. Au pire j’ai quelques bons livres pour les détails techniques, et c’est parti ! Du coup, pour répondre à la troisième question, je suis bien incapable d’évaluer mon niveau… Je dirais que je suis « intermédiaire risque tout », comme je commence à maitriser un certain nombre de techniques je dois avoir au environs du niveau 3. Dans les patrons D&D le plus compliqué que j’ai cousu est la combinaison Brume/Zéphyr (Zébrume) et ma foi, je m’en suis assez bien tirée. Moi qui étais encore impressionnée par ma surjeteuse ça m’a pas mal donné confiance !
Les points qui me paraissent encore difficiles (parce que je les ai très peu pratiqués) sont la pose d’élastiques, le montage des cols de chemise (une seule à mon actif pas très réussie). La pose de bandes d’encolure ou d’emmanchures sur du jersey m’inquiète toujours un peu. Je l’ai déjà fait mais je ne suis pas encore très habile avec ma surjeteuse et quand c’est cousu/surjeté/coupé de travers il n’y a pas trop moyen de rattraper le coup…
Au début, j’étais assez rebutée par les patrons avec boutonnières/boutons et fermeture invisible, mais avec le pied spécial zip invisible et le pied « pose de boutons » c’est tellement simple, c’est devenu mon étape favorite, comme quoi !

aelys, 17 juin 2016

Vraiment sympa comme article 🙂
De mon côté je ne regarde plus trop le niveau indiqué sur les patrons; au bout de 3 ans de couture, je considéré mon niveau comme « avancé » et en gros, je pense pouvoir plus ou moins tout faire, du moment que j’ai les bonnes explications. Ce que j’arrive moins a faire, c’est ajuster un patron a ma morphologie… alors disons que les ayons qui me font peur sont ceux qui sont très ajustés.
Le patron deer and dos le plus compliqué que j’ai cousu est la veste pavot je pense, que j’ai doublé en plus !

Julie Lucie, 18 juin 2016

Bonjour
Comme pour une partie des commentaires précédents, je regarde plus la forme du vêtement que le niveau affiché.
Je couds depuis 3 ans et j’ai réalisé (dans l’ordre chronologique) : plantain, belladone, centaurée, pavot, réglisse, datura, arum, zéphyr.
J’ai commencé avec plantain en me disant « le patron est gratuit », je ne risque rien à essayer. Devant la clarté des explications et surtout des schémas, j’ai compris que je pourrais m’attaquer à n’importe quel patron D&D.
En fait, je prends en général le temps d’observer les pièces sur la planche quand je les décalque. Ensuite, je parcours plusieurs fois le livret, sur plusieurs jours et je cherche à visualiser ce qu’il faudra faire. J’identifie ce qui me semble délicat, je décide parfois de faire « autrement » ou j’attends de bien comprendre avant de faire.
C’est une part du process que j’aime particulièrement : me projeter dans la réalisation, comprendre la géométrie du vêtement.
Merci pour ces modèles,
Julie Lucie

hazel, 18 juin 2016

Bonjour Eléonore – j’ai recommence à coudre cette année, ayant voulu renouveler ma garderobe. Pour le moment, j’ai cousu trois modèles Arum (c’est très joli – meme les hommes se sont retournés (:o)) et un Datura. Pour le moment, il me reste à apprendre la tirette invisible, les boutonnières et un petit mise au courant des nouvelles modes de travailler en couture. Sympa d’avoir les modèles dans les deux langues. Je suis Anglophone et si je ne comprends pas, je regarde le français. Parfois, c’est un peu ralentir et prendre son temps pour savoir ce que l’on doit faire.

Clotilde, 6 juillet 2016

Moi je viens de finir ma 1ere Datura, étant on va dire une débutante avec des espoirs de ne plus l’être un jour!!! Mais je suis déçue du résultat… Je viens de surpiquer la doublure du haut, après l’avoir bâtie… Et les pinces se retrouvent trop basses… C’est ma première couture Deer and Doe. Les commentaires que j’avais pu faire m’avaient permis être confiante sur le rendu final, alors je suis trop déçue!!! Comment faire pour récupérer ça??? Je dois tout défaire (surpique + bâtis) pour remonter le bas de la blouse? Ou bien y a-t-il un autre moyen??? HEEEEELP !!!!!

    Clotilde, 6 juillet 2016

    Sachant, petite précision, que je l’ai faite en broderie anglaise, et j’ai du coup doublé le bas également…

Commentaires fermés

Vous ne pouvez pas laisser de commentaires sur les articles de plus de 30 jours.

Articles similaires

Voir aussi :

Detournez vos patrons pour Ind...BackNouvelles editions, et au revo...
Livraison internationale
Envoi rapide
Fabrication Française
Papier recyclé